Les Hauts-Elfes

 

Terres d'origine : La forêt de Yélis en Aekkylinie

Taille moyenne : homme : 1,90 m - femme : 1,70 m

Langue : l'elfique commun

Cheveux : blonds tirant parfois sur le roux

Peau : claire voire très claire

Yeux : bleus ou verts

 

Les hauts-elfes se considèrent comme la branche elfique la plus ancienne d'Arcea, et donc, la plus représentative du peuple elfique. Mais ils sont bien les seuls à le penser en réalité. Et les autres elfes où souvent de lourds apprioris sur leurs cousins de Yélis. Ils sont considérés, souvent à tord, comme des gens arrogants, ego-centriques et méprisants. On ne peut pas nier que quelques individus soient ainsi, mais la grande majorité de ce peuple se contente de faire son petit bonhomme de chemin et, sauf vraie malchance, un étranger ne sera jamais mal accueilli parce qu'il n'est pas un haut-elfe.

 

Et pour cause, les hauts-Elfes sont un peuple particulièrement pacifique, aimant bien plus la musique des bardes que celle des armes. Avides de belles choses, ils sont souvent commerçants et négociants, quand ils ne sont pas eux-mêmes artisans voire artistes. Bijoutier, ébéniste, potier, tisserant, peintre, fleuriste ou orphèvre sont des métiers très courants et pratiqués aussi bien par des hommes que par des femmes, d'après des savoir-faire transmis de génération en génération. Ce qui fait que l'artisanat de Yélis est réputé dans tout Arcea.

 

Vivant au coeur de la forêt dans de grandes cités aux grandes pyramides de pierre et aux larges avenues pavées, les hauts-elfes sont organisés selon un système féodal de principauté. Un prince, de la famille des Celebalda, règne sur tout le territoire et des seigneurs locaux sont chargés de protéger la population, faire régner l'ordre, récolter les impôts et faire appliquer les décisions princières. Toute une noblesse a fini par se développer autour de ce système simple : leur société a fini se complexifier et se découper en castes très fermées. On ne peut espérer changer de caste qu'au prix d'un mariage, qui coûte toujours une véritable fortune. Et pour savoir si une personne est d'une caste élevée ou non, il suffit de voir où il habite : les pyramides sont le reflet de leur société et seules les plus riches et les privilégiés logent au sommet de celles-ci, tout comme les plus pauvres se contentent du premier niveau, à hauteur de rue.

 

Il est pourtant une caste sortant de ces règles : les magiciens. Mise à part dans cette société, comme dans beaucoup de peuples elfiques, ils travaillent toujours pour les puissants qui les entretiennent. Formés généralement à Ausros, à la Tour des Mages, ils sont embauchés dès leur retour en fonction de leur capacité. Les plus talentueux peuvent espérer travailler pour le Prince lui-même. Du coup, les familles les plus pauvres espèrent toujours voir l'un de leurs enfants devenir magicien, et ainsi le voir sortir du système des castes. Mais il y a peu d'élus, d'autant plus que devenir magicien chez les Hauts-elfes est un choix difficile, car il est très mal vu qu'il fonde une famille, par la suite. S'il est entretenu par son mécène, celui-ci n'apprécie que rarement d'entretenir toute sa famille.

 

Les hauts-elfes sont une civilisation ancienne et certains diront décadente dans certains de ses aspects. Mais leurs connaissances, leur art et leur culture éclairent encore largement l'Aekkylinie. Ils sont donc un peuple fort qui a su trouver des chemins pacifiques pour s'imposer auprès de leurs voisins, se rendant généralement indispensables pour leur économie et présent dans tous les évènements importants du continent.