Les Elfes d'Ombre

 

Terres d'origine : La Chaîne des Brumeuses et la forêt de Talinn en Aekkylinie, la Chaîne du Ahunan à Varen'ka.

Taille moyenne : homme : 1,70 m - femme : 1,50 m

Langue : l'argon des ombres

Cheveux : blanc à gris

Peau : grise

Yeux : rouges

 

Les elfes d'ombre sont un peuple ni aimé ni respecté. Vivant essentiellement sous terre, ils ne sortent que rarement, et de nuit, généralement contraints et forcés de le faire poussés par la nécessité ou la faim. Et ils agissent souvent avec violence, comme de véritables bêtes sauvages. Alors quand on sait que les lumières trop vives leur sont douloureuses, mieux vaut ne pas avoir à faire avec un elfe d'ombre en plein jour...

 

La société des elfes d'ombre est matriarcale et divisée en de nombreux clans. Il n'y a ni pouvoir ni organisation centraux chez ce peuple. Chaque clan est indépendant et les conflits sont, du coup, monnaie courante. Dans chacun de ces clans, bien que très peu nombreuses, ce sont les femmes qui détiennent le pouvoir et les hommes ne sont que de la main d'oeuvre, des reproducteurs pour les plus forts, voire même de la chair fraîche pour leur animaux de compagnie. Les femmes sont toutes de petite taille pour une race elfique, menue et sans réelle force physique, mais sauf très rares exception, ce sont elles seules qui savent manipuler la magie et se faire respecter des animaux qui se terrent au creux des méandres des territoires souterrains. Il est cependant quasiment impossible de voir une elfe d'ombre à la surface : elles sont encore plus sensibles que les hommes aux lumières vives et quitter leur tanière serait laisser trop de champ libre à une rivale.

 

Vivant en autarcie complète, les échanges avec les autres peuples sont inexistants et les rares incursions des elfes d'ombre à la surfaces sont toujours pour des pillages. D'où la très mauvaise réputation de ce peuple.

 

Il existe cependant quelques elfes d'ombre vivant à la surface. Ce sont tous des hommes ayant fui leur condition pour trouver une autre vie. Mais rejetés par les autres peuples, avec une force physique égalant leur agilité, ils finissent généralement comme bandits de grand chemin ou pirates. Quelques-uns deviennent aussi mercenaires, mais cela reste anecdotique.